Blabla Mom Life

17 Mai 2020

21 août 2021

17 Mai 2020

Ce jour magique, unique. Le jour où ma fille est née. Même après 15 mois, mes intestins se tordent, quand je repense à ce moment, tellement c’était fort. Mon amour, mon Emma. J’ai eu la chance d’avoir une grossesse agréable. Pas de maux particuliers, sauf un dégoût profond pour certains aliments et une grosse anémie.

J’ai arrêté de travailler à 6 mois de grossesse à cause du stress. Ce qui m’a laissé le temps de préparer mon déménagement, car oui un mois plus tôt je mettais ma petite maison de ville en vente. Nous avons déménagé dans notre nouvelle maison début Mars, In extremis avant l’annonce du premier confinement.

Cette période inédite ne m’a pas du tout perturbé. Cela m’a permis d’être dans ma bulle, à ne penser qu’à moi et mon bébé sans culpabiliser et pour le coup j’ai vraiment relâché la pression. La seule chose qui m’a manqué c’est de partager cette période avec mes amis-es. Mais a contrario n’aimant pas mon corps difforme j’étais aux anges de ne voir personne. Mon plus gros problème était cette incertitude de la présence des papas en salle d’accouchement. Les informations changeaient tous les jours, et tout était différent selon les hôpitaux et les régions.

Le déconfinement était programmé pour le 11 mai si ma mémoire est bonne, soit quelques jours avant la date de mon terme. Et puis cette date arrive et toujours rien. Les jours s’enchaînent, on me parle de décollement des membranes, et de déclenchement…. Je refuse le décollement et le déclenchement est programmé, je rentre à la maison en me disant qu’il me reste 2 jours pour profiter avant que tout ne change. C’est finalement chouette de savoir quand ça va arriver.

Mais c’était sans compter sur l’incroyable sens de la contradiction de ma fille. Car oui, en début de soirée je ressens quelques contractions, rien de fou. On mange, on se pose devant la télé, on discute, on va se coucher. Une fois allongée, ça devient vraiment douloureux et régulier. Je prends une douche, me prépare et termine ma valise. Nous partons de la maison, direction la maternité. Nous décidons de son prénom sur le trajet. Une fois sur place, nous sommes séparés, car je dois rester dans une salle d’examen et Benjamin ne peut pas m’accompagner. Je perds alors toute notion du temps, puisque je laisse mes affaires à Benjamin. Je suis seule dans la douleur, on me propose de prendre un bain… mauvaise idée car la chaleur étouffante me fait me sentir mal. Je demande à être examinée, je suis à 3 seulement, mais je ne sais pas quelle heure il est, ni depuis combien de temps je suis là. Je demande la péridurale, on me dit que c’est tôt, mais que ça devrait le faire. On va alors chercher Benjamin pour nous installer en salle de naissance, et je découvre que nous sommes le matin qu’il fait jour et qu’il est plus de 7h… moi qui pensait avoir tenu seulement 2/3h je suis rassurée de voir que ça faisait en fait plus de 5h, et je suis épuisée.

Mais le moment que je redoutais le plus approche, la pose de la péridurale. Je n’ai absolument rien sentit, ou alors la douleur était si légère par rapport aux contraction que mon cerveau ni a absolument pas prêté attention. L’effet se fait vite ressentir, je ne ressens plus aucunes douleurs, et je m’endors. Je suis réveillée toutes les heures pour être examinée, tout avance normalement. Vers 13h20 on nous annonce que c’est pour maintenant. L’équipe arrive et s’installe c’est parti. Et à 13h52 ce dimanche 17 mai, notre petite fille a fait de nous des parents heureux.



Written by:



Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.